Revivez les demi-finales du Concours Reine Elisabeth 2022 – Session violoncelle

Relive the semi-finals of the Cello 2022 – Queen Elisabeth Competition:


 

 

Incroyable, cette fraîcheur de l’ORCW ! En introduisant pour la 13e fois cette semaine le 2e concerto (en ré majeur) de Haydn, le voilà tout guilleret, adoptant un tempo idéal d’allant et d’élégance pour accueillir la Coréenne Sul Yoon, 26 ans (…)

(…) et le finale, donné en liaison fusionnelle – et simultanée – avec le premier violon, le chef et tout l’orchestre, mènera à un état d’euphorie indescriptible, emportant toute la salle en un monde favorable et inconnu, follement joyeux. On était bien au-delà de la musique. Et on aurait voulu ne jamais en revenir.

___

“It is incredible that they sound so fresh! The ORCW introduced Haydn’s Cello Concerto No. 2 in D major for the 13th time this week, adopting a perfect energetic, yet delicate tempo with good cheer to welcome the 26-year-old Korean, Sul Yoon …

… and the finale, delivered a fused, simultaneous connection between the first violin, the conductor and the full orchestra, building to a state of unimaginable euphoria, transporting the entire audience to a lovely, undiscovered world of wild joy. We were in a place way beyond music. And we would have liked to stay there forever.”

La Libre, Martine D. Mergeay, 22/05/2022


 

 

Le chef Vahan Mardirossian, l’art de la délicatesse.

Une sorte de bonhomie assortie d’une grande délicatesse et d’une manière très fine de s’adapter à chacun des candidats qu’il accompagne : en dirigeant l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, Vahan Mardirossian, directeur musical de l’orchestre depuis janvier 2020 et chef pour ces demi-finales du Concours Reine Elisabeth, a mené cette mission compliquée avec brio (…) J’ai réussi à obtenir une souplesse de l’orchestre qui est exemplaire. Il réagit au quart de seconde, donc au moindre petit changement du soliste.

___

“The conductor Vahan Mardirossian, the art of delicacy

He has a kind of warmth combined with great delicacy and a very astute way of adapting to each of the candidates he conducts. As the Royal Chamber Orchestra of Wallonia’s musical director (in position since January 2020) and the conductor for the semi-finals of the Queen Elisabeth Competition, Vahan Mardirossian completed this complicated mission with brilliance. He achieved exemplary flexibility in the orchestra, reacting instantly to the slightest change in the soloist’s performance.”

Gabriel Moury, Le Soir, Saturday 21 and Sunday 22 May 2022

Le Soir, Gabriel Moury, sa 21 et di 22/05/2022


 

 

(…) Une fois de plus, on ne peut qu’admirer la souplesse et l’agilité avec laquelle le chef arménien Vahan Mardirossian adapte sa direction aux intentions de chaque candidat (…)

___

“… Once again, you can have nothing but admiration for the flexibility and agility with which the Armenian conductor Vahan Mardirossian adapts his direction of the orchestra to suit the intentions of each candidate …”

Le Soir, Serge Martin, 20/05/22


(….) Un dialogue excellent avec l’orchestre
(…) Dans le passé, elle a déjà pu se produire avec cet orchestre qui fait partie de l’élite musicale ….
___

“… Excellent dialogue with the orchestra

… Before now, she has already performed with this orchestra, which forms part of the musical elite …”

De Standaard, Jasper Croonen, 20/05/2022


L’interview de bord de scène de Samuel Niederhauser, demi-finaliste

Concours Reine Elisabeth – Demi-finale
Interview Vincent Delbushaye
01:03

  • Nous avons répété (avec l’orchestre) hier matin, et une petite répétition aujourd’hui. Je suis très impressionné par la réactivité, la flexibilité de cet orchestre, parce que nous n’avons pas eu besoin de répéter quelque chose, il me suivait.  C’était formidable.


L’interview bord de scène de Jeremias Fliedl, demi-finaliste

Concours Reine Elisabeth – Demi-finale
Interview Vincent Delbushaye
01:08

  • Quelle est la qualité que vous pourriez donner à l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie et à son chef Vahan Mardirossian ?
  • Nous avons répété ensemble hier et je me suis immédiatement senti comme « à la maison ». Tout le monde était si gentil, et c’était une joie de jouer ensemble. Ce sont des musiciens très sensibles. Alors, j’ai pu faire toutes les choses que je voulais parce que c’est de la musique de chambre, qui est sensée être jouée ensemble, et j’avais le sentiment que je pourrais en fait le faire avec cet orchestre et ce chef.
  • Voilà, c’est un orchestre qui peut vraiment vous suivre là où vous allez, partout où vous allez. Une seule répétition, vous imaginez, et il s’est tout de suite senti à la maison. C’est évidemment de la musique de chambre, c’est sensé être joué ensemble, et il a vraiment eu l’impression qu’il pouvait les emmener partout et qu’il serait suivi partout où il irait.


L’interview bord de scène d’Erica Piccotti, demi-finaliste

Concours Reine Elisabeth – Demi-finale
Interview Vincent Delbushaye
00:14

  • Comment vous êtes-vous sentie sur scène ce soir ?
  • Je me suis sentie d’abord à l’aise. C’était agréable de jouer avec l’orchestre. Ils jouent vraiment très bien et le public était très chaleureux. Alors, je ne me suis pas sentie trop stressée, mais plutôt en mode concert, et j’ai beaucoup apprécié.


 

Puisque vous avez du talent

MUSIQ3  Classique, 22/05/2022
Réalisation et présentation : Laurent Graulus et Gwenn Lucas

Interview de Vahan Mardirossian, Directeur musical et chef d’orchestre, d’Anne Pingen, altiste, et de Jean-Frédéric Molard, Concertmeister

  • Je faisais remarquer qu’il y avait autant de concertos de Haydn que de violonistes présents
  • Anne Pingen : C’est ça qui fait la richesse de l’oeuvre, c’est ça qui fait qu’elle est toujours contemporaine puisqu’elle est toujours revisitée d’une manière ou d’une autre. Sans quoi ce serait terriblement lassant. Je trouve qu’ici, on en entend des versions très différenciées et qui ont toutes leur intérêt. Et je pense qu’il n’y en a aucune à négliger.
  • En même temps, pour vous, c’est important d’épouser l’esthétique que quelqu’un vous propose, même si ce n’est pas complètement la vôtre ?
  • Anne Pingen : Que ce soit la nôtre ou pas n’a aucune importance, en réalité. On n’est là pour les aider, pour jouer avec eux d’abord. Il est évident que quelque fois, on est plus porté vers telle ou telle manière de jouer, mais c’est tout à fait secondaire par rapport à notre fonction ici.
  • Ce qui est très beau dans un petit ensemble comme cet Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, c’est que Vahan Mardirossian me disait que parfois vous lui donniez des idées. Il disait « Tiens, je ne l’ai pas eue. Je la prends ». Jean-Frédéric, vous pouvez nous expliquer? On n’imagine pas ça dans un grand symphonique avec 100 musiciens., qu’un maestro se laisse influencer.
  • Jean-Frédéric Molard : Dans un symphonique, ce serait vite l’anarchie avec le nombre de musiciens qui’ il peut y avoir. Ici, on n’est quand même vraiment à mi-chemin avec la musique de chambre. Et donc, on a parfois de vrais relations, de vrais échanges de chambristes, comme on pourrait avoir dans un quintette avec clavier, Vahan Mardirossian étant pianiste, et on échangerait sur telle nuance, tel ralenti, tel coup d’archet. Vahan ne connaissant pas vraiment les cordes au niveau des coups d’archet, on peut donner aussi notre avis sur les impulsions qu’il veut donner et la manière dont on peut y arriver. Et c’est vrai que c’est un vrai échange de chambriste.
  • Qui dit partie concerto dit accompagnement de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie et de son chef Vahan Mardirossian. Je suis allé ile rencontrer pour discuter avec lui de son rôle et de cette responsabilité qui lui incombe de diriger ces 24 demi-finalistes.
  • Vahan Mardirossian : La responsabilité est énorme. Et je dis chaque fois aux candidats que je rencontre avant le concours « Attention, il ne faut pas que ce soit vous qui nous suiviez, il faut que ce soit moi qui vous suive, ça, c’est la première règle. Si jamais j’ai une petite défaillance, que je ne prends pas le bon tempo qui est le vôtre, changez le tout de suite, on va s’adapter assez rapidement. Deuxièmement, on a un petit quart d’heure de rencontre avant la répétition avec le soliste. Pendant ce temps-là, on essaie de voir les petits endroits dangereux, de quelle manière il les aborde, etc. Et ensuite, le reste se fait pendant les répétitions en écoutant. Parce qu’il est vrai que 24 candidats qui jouent  2 concertos… on va avoir 24 versions différentes de ce concerto, et il faut que nous soyons extrêmement souples, qu’à la seconde on réagisse et qu’on devine ce qu’il va faire par la suite. Parce que c’est vrai que pour eux, c’est très bien de répéter, mais pour l’orchestre, en fait, entre le moment où l’on répète et le lendemain où l’on joue, on a répété avec 4 autres candidats. Toutes les versions sont mélangées dans nos têtes. Donc, on est en train d’improviser, entre guillemets, en écoutant, en essayant de se rappeler. Et puis, j’ai quelques petites marques, j’ai une partition par candidat, ça, ça vous facilite la tâche. Et je fais quelques marques par rapport à ma propre compréhension de l’oeuvre, je marque « plus lent », « plus vite », etc, juste pour essayer de comprendre que moi j’auras pris ce tempo-là … alors je marque que ce candidat joue un peu plus vite par rapport à ce que moi j’aurais fait. Donc, comme ça, j’arrive à peu près à trouver son tempo.

L’interview bord de scène de Petar Pejčić, demi-finaliste

Concours Reine Elisabeth – Demi-finale
Interview Vincent Delbushaye
00:20

  • Comment vous êtes-vous senti sur scène ce soir ?
  • Vraiment très bien, je dois dire, parce que la musique de Haydn en elle-même invite à la joie et le fait que l’orchestre soit fantastique, le chef, la salle, le public… l’ambiance était spéciale, et je pouvais réellement me « détendre » et apprécier la musique. Je me sentais bien, je dois dire..


 

« (…) introduit avec art par l’ORCW placé sous la direction de Vahan Mardirossian. »

___

“… deftly introduced by the ORCW under the direction of Vahan Mardirossian.”

La Libre, Martine D. Mergeay, 17/05/2022


 

 

« Vision alternative et cohérente, et soutenue comme tel par un orchestre en état de grâce. »
___

“An alternative and coherent vision, which was fully supported by this unstoppable orchestra.”

La Libre, Martine D. Mergeay, 17/05/2022


 

« (…) la légèreté répond bien à la direction de Vahan Mardirossian, qui emmène l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie avec bonhommie. »

« (…) une grâce à laquelle répond l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie de manière harmonieuse »

___

“… the lightness works well under the direction of Vahan Mardirossian, who leads the Royal Chamber Orchestra of Wallonia with bonhomie.”

“… a grace to which the Royal Chamber Orchestra of Wallonia responds harmoniously.”

Le Soir, Gaëlle Moury, 16/05/2022


L’ORCW s’entraîne pour le marathon du Reine Elisabeth

La première épreuve du concours Reine Elisabeth est en cours actuellement. Des 64 violoncellistes, il n’en restera plus que 24 pour les demi finales. Des jeunes musiciens qui seront alors accompagnés par l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie dès ce lundi . Ce matin, l’ORCW répétait les 2 oeuvres imposées aux solistes de la demi-finale.

Télé MBReportage V. Peeters – A. Bardez, 13/05/2022


Une première pour le chef Vahan Mardirossian, une dernière pour l’altiste Anne Pingen.

Ultime répétition à Mons ce vendredi avant le Reine Elisabeth, un des plus grands concours musicaux au monde! Depuis 21 ans, l’ORCW en accompagne les demi-finales.

SUDINFO, La Province, C.T., 14/05/2022


 

Partager

Laisser un commentaire