A la découverte de l’Arménie / Vahan Mardirossian

Le jeudi 24 février 2022
  • À 20:00
Mons, Arsonic

À propos de cet événement

Petite par la taille mais énorme par son histoire et sa culture, l’Arménie se situe au pied de Mont Ararat sur lequel, selon la Bible, s’est posé l’Arche de Noé. Berceau de la chrétienté, l’Arménie est aujourd’hui un pays indépendant dont la capitale, Erevan, à été fondée en 782 avant J.C.

La notation musicale historique Arménienne, les « khaz »*, nous a laissé une quantité inimaginable de chants et de mélodies traditionnelles. Malheureusement,  la plupart d’entre eux restent encore inconnus à ce jour car on ne sait plus les lire. Le travail sur leur déchiffrage continue encore aujourd’hui et l’avenir nous réserve des découvertes incroyables qui pourront enrichir la culture de peuple arménien.

Vers la fin du 19e siècle, le père Komitas (de son vrai nom Soghomon Soghomonyan), après des études en Europe (Berlin, Paris) entreprend un voyage initiatique à travers les villages arméniens pour récolter – à l’instar de Bartok, plus tard – les chants traditionnels qui se transmettaient de père en fils oralement. En les transcrivant avec le système de notation occidentale, le Père Komitas a fait un travail monumental, contribuant grâce à ses tournées à faire connaître au monde la musique arménienne.

Des années plus tard, Sergei Aslamazyan, cofondateur et membre du « Quatuor Komitas », a écrit une suite des miniatures pour quatuor à cordes et orchestre à cordes en se basant sur ces mélodies. 

Né en 1921, le compositeur Ruben Altunyan poursuit cette tradition d’arrangements sur des thèmes populaires. Son père, Tatul Tigrani Altunyan, était chef d’orchestre et a fondé l’Armenian State Song- Ensemble de danse, qui a pris son nom par la suite et existe encore aujourd’hui. Dès son plus jeune âge, Ruben Altunyan baigne dans la culture arménienne. Il a perpétué l’œuvre de ses prédécesseurs : emmener la musique traditionnelle sur les scènes de la musique classique.

Edward Mirzoyan a été l’un des compositeurs les plus influents de 20e siècle. Il a occupé le poste de président de l’Union des compositeurs arméniens de 1956 à 1991. Grâce à son dévouement pour la musique et à son amitié avec des compositeurs comme Khatchatourian, Schostakovitch, Britten ou des musiciens comme Rostropovitch, Oïstrakh, Gergiev…, la musique arménienne de 20e siècle a connu un nouvel élan.

_________

* Un khaz (en arménien : խազ), est un neume utilisé par la notation musicale arménienne pour la transcription de la musique arménienne1. Un neume est un signe de notation musicale propre aux livres liturgiques du 8e au 14e siècle, représentant un élément mélodique.
_________

Vahan Mardirossian, direction

Programme :

  • Komitas : Miniatures arméniennes
  • Edward Mirzoyan  : Quatuor à cordes (version pour orchestre à cordes)
  • Ruben Altunyan : Miniatures pour orchestre à cordes

 

Partager