Tout l’audio

 Hewar & l’ORCW

JP RTBF, La Première, 03/06/2017
Reportage de Thierry Vangulick.

C’est encore une rencontre inédite mais au coeur de l’actualité que propose l’Orchestre de Chambre de Wallonie avec l’ensemble Hewar. Un trio composé de musiciens syriens exilés aux Etats-Unis. A sa tête Kinan Azmeh, un des plus grands clarinettistes d’aujourd’hui qui a joué avec de prestigieux musiciens classiques. Sa musique, d’inspiration arabe mais aussi balkanique, il l’a arrangée pour l’orchestre à cordes. Et le fruit de la rencontre de ces deux univers si différents se traduira par un concert unique à Bozar à Bruxelles ce soir. Thierry Vangulick a assisté à la dernière répétition.

Sa musique, c’est la mélancolie même. Kinan Azmeh plonge dans la splendeur perdue de sa Syrie natale les racines de son inspiration. Un pays, un art de vivre qu’il tente de recréer depuis New York, sa terre d’exil depuis 16 ans. Et il fait de sa clarinette une voix qui inspire et qui libère.

Kinan Azmeh : « Quand la révolution a commencé, c’était très difficile de composer. Très difficile d’exprimer ce qui se passe. Je crois que quand tu fais de la musique, c’est l’expression de la liberté, en fait. La clarinette, c’est la moitié avec laquelle j’exprime. Il y a beaucoup de liberté dans cela.

Avec Jasser Youssef à la viole d’amour, il forme l’ensemble « Hewar », ce qui veut dire « dialogue » en français. Dialogue entre les genres et entre les gens.

Jasser Youssef : « La musique orientale, là d’où on vient, en Syrie, est plutôt influencée par la musique grecque et turque. On a tous un parcours de musique classique aussi. Donc, lorsqu’on compose, forcément, on va retrouver toutes ces influences. »

Dima Orsho, la chanteuse, charrie dans sa voix magnifique toutes les mélopées de l’Orient. Et de ce mélange improbable naît un beau mariage avec l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie qui porte avec sensibilité et rigueur une musique profondément humaine.

Ce concert unique  se déroulera ce samedi à 20h à BOZAR à  Bruxelles.


Hewar & l’ORCW

JP RTBF, Vivacité, 03/06/2017
Reportage de Thierry Vangulick.

VivaCitéC’est un des plus grands clarinettistes d’aujourd’hui ; Kinan Hewar musicien syrien sera en concert ce soir à Bozar à Bruxelles avec son trio Hewar et l’Orchestre de Chambre de Wallonie. Exilé aux Etats Unis depuis 16 ans, il a joué avec les plus grands virtuoses classiques mais  c’est avec ses propres compositions qu’il vient aujourd’hui. Mélange d’influences arabe, balkanique et classique, il propose des oeuvres envoûtantes, porteuse d’un message d’espoir et de liberté pour tous les réfugiés de la terre.Thierry Vangulick l’a rencontré en répétition avec l’orchestre de chambre.

Kinan Azmeh : « You do music to recreate the world in a new way… »

Quand vous faites de la musique, c’est pour recréer le monde autrement, d’une façon plus idéale en un sens. Et on s’inspire de sentiments et d’expériences qui dépassent la réalité de tous les jours.

Kinan Azmeh : « When the Syrian revolution began… »

Mais quand la révolution syrienne a éclaté, je me suis senti incapable de composer. Ce qui se passait là-bas dépassait de loin en complexité ce que je pouvais exprimer à travers ma musique. Et je n’ai plus rien écrit pendant plus d’un an.

Kinan Azmeh : « Then you realize, you know, you are out yourself… »

Et puis, j’ai réalisé que j’avais le devoir de continuer à m’exprimer. Et comme la clarinette et la musique en général sont mes outils d’expression, j’ai recommencé à jouer, puis à composer. Et cela m’a amené à penser que faire de la musique, c’est vraiment un acte de liberté. Et qu’on doit toujours continuer à la pratiquer en espèrant qu’elle sera contagieuse.

Kinan Azmeh : « I grew up playing Bach, Mozart and Brahms… »

J’ai grandi en jouant Bach, Mozart et Brahms. J’ai fait beaucoup de musique de chambre. Mais c’est toujours très excitant d’apporter une oeuvre à un orchestre de chambre et de créer avec lui une entité de sons si différents. C’est vraiment bon de ressentir cela.

Kinan Azmeh: « And it’s nice to feel that… »

Ce concert unique  se déroulera ce samedi à 20h à BOZAR à  Bruxelles.


Interview de Frank Braley
Klara
,
 Lut Van der Eycken, 15/05/2017

« C’est vraiment un marathon sur toute la semaine, mais l’orchestre a énormément de plaisir à faire cette belle semaine. Et en plus, on a, jusqu’à maintenant, des solistes qui nous inspirent beaucoup (…) c’est très stimulant. Et cela nous oblige à être toujours extrêmement concentrés, parce qu’on ne peut avoir aucun réflexe. Il faut vraiment s’adapter et changer complètement la manière de jouer pour chaque candidat (…) c’est un tel enjeu pour ces jeunes musiciens, et pour l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie qui est là tous les ans mais qui, en même temps, est très attendu parce que c’est une tâche très difficile de jouer toute la semaine (….) Ils jouent magnifiquement bien, je les guide, mais ce sont eux qui jouent, pas moi.

Bonsoir Frank Braley, soyez le bienvenu.

  • F.B. : Merci à vous.

Merci de nous accorder cet interview

  • F.B. : Voilà, juste quelques minutes après être sorti de cette très belle et très longue journée.

Oui, c’est une tâche énorme, immense que vous faites cette semaine-ci, vous et votre orchestre.

  • F.B. : Oui, parce que peut-être, ce que le public ne sait pas, c’est que tous les matins nous répétons évidemment avec les 4 solistes qui jouent le lendemain. Donc l’orchestre travaille 4 h le matin, et ensuite 2 concerts, un à 15 h, un à 20 h. C’est vraiment un marathon sur toute la semaine, mais l’orchestre a énormément de plaisir à faire cette belle semaine. Et en plus, on a, jusqu’à maintenant, des solistes qui nous inspirent beaucoup.

Ça se voit et ça s’entend.

  • F.B. : Oui, enfin, ce sont des concerts. Nous, on le prend comme ça. Et étant donné le niveau de ceux que nous avons entendus et accompagnés, ce sont des vrais concerts.

Chaque candidat, évidemment, Frank Braley, veut mettre les accents spécifiques dans son concerto.

  • F.B. : Oui, mais c’est ça qui est très amusant, parce qu’on était un tout petit peu inquiets sachant qu’on allait jouer une douzaine de chaque concerto, puisque il n’y a que 2 personnes qui ont pris le Boccherini. On s’attendait à ce que tout le monde joue très vite, voilà, pour montrer ses muscles. Et pas du tout. On a vraiment des candidats très différents, des personnalités très marquées. Parfois, on joue – et c’est ce qui se passera demain – on va jouer dans le concert deux fois le même concerto. Et vous entendrez que c’est tout à fait, tout à fait tout à fait différent. Donc, c’est très stimulant. Et cela nous oblige à être toujours extrêmement concentrés, parce qu’on ne peut avoir aucun réflexe. Il faut vraiment s’adapter et changer complètement la manière de jouer pour chaque candidat.

Vous êtes très lié à ce concours. Vous avez participé, remporté ce concours. Vous avez fait, je crois, deux fois le jury.

  • F.B. : Deux fois le jury. J’étais à cette table qu’on a juste derrière nous, oui, deux fois.

Et toute cette expérience, aide-t-elle… êtes-vous… disons… avez-vous une manière ou l’autre de partager toutes vos expériences avec les candidats ?

  • F.B. : Alors, c’est vrai que je suis moi très, très lié, parce que c’est un concours qui a changé ma vie. Et maintenant depuis un quart de siècle, c’est comme si je faisais partie de la famille du concours. J’ai à peu près tout vu, presqu’à 360°, de ce concours. C’est encore une expérience nouvelle de me retrouver sur scène, mais pas pour jouer du piano. Et, évidemment, je sais bien ce que vivent ces jeunes musiciens, et la tension, et le stress que cela représente. Mais l’enjeu – en plus, c’est une première édition, c’est un concours historique, celui-ci-. Et connaissant ce que c’est d’être à leur place, je mets vraiment toute mon énergie à les soutenir et à vraiment les porter, leur donner les moyens de s’exprimer dans les meilleures meilleures conditions.

Vous êtes passionné, vous êtes engagé. Ce doit être magnifique de pouvoir jouer avec vous.

  • F.B. : Ecoutez, je fais de la musique depuis que je suis né, pour ainsi dire. Et, dans ce contexte, il y a aussi une électricité dans l’air, parce qu’il y a un tel enthousiasme du public aussi. Et puis, c’est un tel enjeu pour ces jeunes musiciens, et pour l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie qui est là tous les ans mais qui, en même temps, est très attendu parce que c’est une tâche très difficile de jouer toute la semaine. On est pas là pour écouter l’orchestre, en fait, l’orchestre est là pour porter les candidats.

Mais quand même !

  • F.B. : Oui, bien sûr. Mais donc, voilà : moi je suis là pour, en même temps, créer cette homogénéité, cette harmonie, donner l’énergie. Et puis, je vais vous faire une confidence : c’est quand même plus facile de diriger que de jouer du piano. Ils jouent magnifiquement bien, je les guide, mais ce sont eux qui jouent, pas moi.

Frank Braley, je vous souhaite encore beaucoup de succès. Merci infiniment.

F.B. : Merci de votre invitation, et belle semaine à vous tous et à tous vos auditeurs.


Pour améliorer la performance des musiciens lors du Concours Reine Elisabeth, des chercheurs de l’unité « Forme et fonctionnement humain » à la Haute école Louvain en Hainaut (HELHa) scrutent les gestes des musiciens et leur proposent des pistes de réflexion pour faciliter leur travail.

Radio France Internationale (RFI), émission « Vous m’en direz des nouvelles » de Jean-François Cadet, reportage de Joana Hostein, 29 mai 2017


« Jeunes Solistes, Grands Destins » – Ronald Van Spaendonck, Frank Braley & l’ORCW

26/04/2017 – Interview (extrait) de Ronald Van Spaendonck par Vincent Delbushaye sur MUSIQ’3 au cours de l’émission « L’Odyssée », dans « La séquence du producteur »

Ce vendredi 28 avril, à partir de 21:15 sur La Trois, en télé, vous retrouvez la série « Jeunes Solistes, Grands destins ». On pourra y suivre le parcours de Ronald Van Spaendonck. La série sera suivie par la diffusion, à 22:05, d’un enregistrement réalisé à Arsonic (Mons) avec le concours de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie et de Frank Braley, à la direction et au piano.


« Contrastes » de et avec Richard Galliano, Henri Demarquette, Frank Braley et l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie

RTBF, JP
La Première, Vivacité, Classic 21, Reportage de Thierry Vangulick, 30/03/2017

Richard Galliano, le plus jazzmen des accordéonistes qui a joué avec Nougaro, Chet Baker ou Gainsbourg, se produit ce soir au Théâtre royal de Mons avec le violoncelliste Henri Demarquette et l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie. Au programme, « Contrastes » de Galliano, entre Bach et Astor Piazzola, une oeuvre qui porte bien son titre. Subtil mélage des genres et des émotions, un concerto créé à Paris avec beaucoup de succès.

Thierry Vangulick a assisté à la dernière répétition.

Marier la musique classique au jazz latino, Richard Galliano y réussit à merveille dans « Contrastes », le concerto qu’il a écrit pour le violoncelliste Henri Demarquette et qu’il a créé avec l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie.

« C’est deux instruments qui se marient à merveille. C’est vrai qu’ils appartiennent à des…un peu… des couches de société un peu différentes. L’accordéon est un instrument très populaire, le violoncelle est plus un instrument de musique classique, mais les thèmes se marient très bien. Plus qu’un concerto, j’ai voulu vraiment faire une musique d’ensemble ou l’orchestre est ausi intervenant que le violoncelle et que l’accordéon. »

Tantôt poignant façon tango, tantôt enlevé façon danse brésilienne endiablée, l’œuvre de Richard Galliano est un hymne à la diversité des genres.

« Pour moi, il n’y a qu’une seule musique. Que ce soit une valse musette… j’ai écrit une fugue à un moment donné qui va sur un tango qui aboutit sur un forró brésilien… mais en musique, on a cette liberté de laisser tout ouvert, de laisser toutes les influences venir ».

Et tout ça donne un concerto de Bach à Piazzolla, plein de couleurs, de sentiments et de rythme.

Et le rendez-vous, c’est ce jeudi dès 20h au Théâtre royal de Mons.


« Contrastes » Henri Demarquette et Richard Galliano au Théâtre Royal de Mons

RTBF, MUSIQ’3, L’info culturelle, François Caudron
30/03/2017 – 17 h


Concert à la prison de Tournai

VivaciteRTBF – Vivacité – Journal parlé – 8h – 8/12/2015
Reportage Caroline Landsweerdt et Thierry Vangulick

« Des musiciens derrière les barreaux
Ca s’est passé hier à la prison de Tournai
Un cadeau de fêtes de fin d’années pour les détenus
Un concert de musique classique et de jazz…
Et pas avec n’importe qui
C’est le virtuose du violon Augustin Dumay et le guirariste Philippe Catherine, accompagnés de musiciens de l’orchestre de Chambre de Wallonie qui ont interprété des oeuvres de Mozart et des morceaux de jazz.

Vivacite

RTBF – Vivacité – Journal parlé – 8 h 30 – 8/12/2015
Reportage Caroline Landsweerdt et Thierry Vangulick

« Un air de Noel déjà dans ce journal avec un concert hors du commun.
Un concert de l’orchestre royal de Chambre de Wallonie.
Un concert… en prison.
A la prison de Tournai, hier, le célèbre violoniste Augustin Dumay et le guirariste Philippe Catherine ont offert ce cadeau aux détenus.
Un cadeau de Noël.
Quelques instants d’évasion ».


Concert dans le métro

BBC World Service News logo

BBC – 12/09/2015 – interview de Frank Braley par James Glynn
Le 12 septembre 2015, pour fêter les 60 ans de la STIB, Frank Braley a joué dans une rame de métro. Une performance remarquée par la BBC.


Nuits Magiques à Pairi DaizaRTBF

Première « Nuit Magique » à Pairi Daiza – Itv réalisée par Ariane Dufrasnes et Thierry Vangulick pour la Première, RTBF 

Des éléphants qui dansent au son d’un quintet à corde, des singes qui se passionnent pour le violon, des oiseaux qui répondent aux notes de piano, pairi daisa offre un curieux spectacle avec ses Nuits magiques. Une série de concerts qui se déroulent en nocturne dans le parc.
Au programme, l’Orchestre de Chambre de Wallonie, l’ensemble Soledad, le projet Sax à fond ou encore des percussions africaines, de quoi satisfaire tous les goûts et illustrer les différents continents que propose le parc aux visiteurs.
Hier soir avait lieu le premier de 3 concerts. Ariane Dufrasnes et Thierry Vangulick y ont assisté au milieu des oiseaux


Nuits magiques à Pairi Daiza : « Partagez les beautés du monde avec le plus grand nombre »

Interview d’Eric Domb, directeur de Pairi Daiza, Laurent Fack, Directeur Général de l’ORCW et Anne Pingen, chef de pupitre des altos à l’ORCW pour BEL RTL


 

Avec ce rendez-vous inédit au parc Pairi Daiza hier soir…
C’était les Nuits magiques…
Une série de concerts nocturne dans l’univers du Parc…
Classique dans l’oasis et la grande volière…
Musique latino devant l’aquarium,
Percusions dans le village africain,
Sans oublier des violons pour faire danser les éléphants.
Un mariage entre musique et animaux étonnant imaginé par Anne Pingen, violoniste de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie.

« Rencontrer l’atmosphère de chaque monde et les traduire en musique, en adéquation à ce que l’on ressent et ce qu’on vit par la vue »
« Mettre en synergie tous les sens »


Festival des Musiques Symphoniques d’Alger / 2014

« Des couples originaux de musiciens homologues d’horizons différents, de maîtrises techniques différentes…de longues heures de partage…un dialogue culturel »
Reportage de Françoise Baré, diffusée le mardi 16 septembre 2014 à 8 h 20 sur La Première (RTBF)

« La musique comme outil de résistance face à l’obscurantisme »
Interview d’Abdelkader Bouazzara, commissaire du Festival, par Françoise Baré, diffusée le mardi 16 septembre 2014 à 13 h sur La Première (RTBF)


LAPREMIERE-logo-webReportage : une équipe de la RTBF Radio a suivi l’ORCW pendant plus d’un an

Pendant plus d’un an, une équipe de la RTBF radio, Thierry Vangulick et Patrice Hardy, a suivi l’Orchestre de Chambre dans ses pérégrinations en Belgique et à l’étranger, pour tenter de capter ce qui fait la force et l’excellence de cet ensemble unique en Belgique.

Reportage radio diffusé sur La Première de la RTBF le 1er mars 2014 à 12 h, dans le magazine de la rédaction Transversales, avant le journal de 13h.


2014-01-24-RTBF-LaPremiere_tout_le_monde_y_passe-

LAPREMIERE-logo-webTout le monde y passe… Frank Braley

Le pianiste français et tout nouveau directeur musical de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, Frank Braley, était sur les ondes de la RTBF / La Première, dans l’émission « Tout le monde y passe » (9 h – 11 h) de Pascal Claude, le 24 janvier 2014.


Braley_MAR4235© Gil Grimonster

musiq3Interview de Frank Braley

Emission « Terres Neuves » (11 h 30 – 13 h 30) réalisée pour la RTBF / MUSIQ’3 par Christine Ghyselings, diffusée le mardi 21 janvier 2014


LAPREMIERE-logo-webUne grande première pour le pianiste Frank Braley

Une grande première pour le pianiste Frank Braley, lauréat du Concours Reine Elisabeth 1991. Il dirige pour la première fois en public l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, dont il prendra officiellement la direction en janvier 2014.

Reportage réalisé par Marie Michiels, diffusé lors du Journal parlé de La Première (RTBF) jeudi 28 novembre 2013 à 13 h.


lemondeestunvillage

LAPREMIERE-logo-webRencontre entre l’Orient et l’Occident
Laïla Amezian’s TriOde & l’ORCW

Emission « Le Monde est un Village » réalisée pour la RTBF / La Première par Didier Mélon, diffusée le 2 octobre 2013 à 20 h.


lantin

Prison de Lantin 2013 belrtl

Reportages réalisés lors du concert à la prison de Lantin le 29 mai 2013 pour BEL-RTL / Liège infos



reineelisabeth

vivaciteConcours Musical Reine Elisabeth

Reportage réalisé par Vivacité (RTBF), lors des répétitions pour le Concours Musical Reine Elisabeth, diffusé le lundi 13 mai 2013 à 7h50 dans le Mag Info de Hainaut Matin


lantin

belrtl

Prison de Jamioulx

Reportage réalisé lors du concert du 18 janvier 2013 à la prison de Jamioulx
Augustin Dumay, violon / Ronald Van Spaendonck, clarinette

BEL-RTL – Odette Paris


grandemusiquevivaciteGrande musique pour petites oreilles !

Reportage audio réalisé par la RTBF / VivaCité


decembrejamioulx

rtbfA propos du concert du 20 décembre 2011 à la prison de Jamioulx

Augustin Dumay, violon et direction / Ronald Van Spaendonck, clarinette

RTBF– Christine Borowiak

 


abudhabibelrtlA propos du concert du 19 mars 2011 à Abu dhabi (Emirats Arabes Unis)

Augustin Dumay, violon et direction et Abdel Rahman El Bacha, piano, maîtres en résidence de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, Christia Hudzyi, piano, Nikita Boriso-Glebsky, violon, solistes de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, Maxim Rysanov, altoBEL RTL / Odette Paris

 

vivaciteRTBF / VIVACITE – Carine Bresse


theatreroyalmarsvivaciteA propos du concert du 8 mars 2008 au Théâtre Royal de Mons

Augustin Dumay, violon et direction

RTBF / VIVACITE – Hainaut-Matin / Carine Bresse


vivacite

A propos du concert du 31 janvier 2008 au Théâtre Royal de Mons

Augustin Dumay, violon et direction – Vanessa Wagner, piano

RTBF / VIVACITE – Hainaut-Matin / Carine Bresse


50ansorcwlapremiereA propos des 50 ans de l’ORCW

RTBF / LA PREMIERE / « Transversales » / Thierry Vangulick


50ansorcwdumaylapremiereA propos des 50 ans de l’ORCW

Interview d’Augustin Dumay

RTBF /LA PREMIERE/ « Culture Club » / Corinne Boulangier et Eric Russon


theatreroyalnovembre2007vivaciteA propos du concert du 15 novembre 2007 au Théâtre Royal de Mons

Augustin Dumay, violon et direction

RTBF / VIVACITE – Hainaut-Matin / Carine Bresse


belrtlA propos du concert en Roumanie
Bucarest, Atheneum Roumain

BEL RTL / Odette Paris


pekinbelrtlA propos des concerts en Chine
Pékin, Cité interdite

BEL RTL / Odette Paris


 

 

 

 

 

Partager